mercredi 23 décembre 2009

LIRE AU PAYS : UNE CHANCE


Cercle de lecture du dimanche 17 janvier à 17 heures Chapelle des Pénitents à La Garde Adhémar

Nous vous invitons à un moment de partage des textes contemporains que nous aimons, que vous aimez.Venez les lire à haute voix ou venez simplement écouter. Oubliez, pour une soirée, la solitude du lecteur.
L’univers que nous vous proposons d’explorer pour ce rendez-vous du dimanche 17 janvier est celui de la Gourmandise. Fait-elle bon ménage avec la littérature ? Qui prend la place de la sensuelle Colette pour mettre au coeur des livres ses émois gourmands ? Nous comptons sur vos découvertes et, comme chaque fois, sur le joli travail d’assemblage improvisé des textes, pour un dimanche après-midi plein de surprises.
Nous avons limité le nombre de lecteurs à sept par soirée, pour une écoute attentive et des échanges de qualité. Il est donc nécessaire de s’inscrire pour participer aux lectures et, bien sûr, il faut choisir un texte (durée de lecture : trois minutes) en accord avec le thème proposé. Les personnes venant simplement écouter sont les bienvenues sans inscription préalable.

Le prochain rendez-vous, toujours à la chapelle des Pénitents, est fixé au 7 mars autour des femmes, en lien avec le Printemps des poètes. Inscription nécessaire : 04 75 04 44 50 - Participation libre

Les cercles de lecture sont organisés par l’association Regarde-venir rue du marquis de la Baume 26700 La Garde Adhémar toute l’année, participez aux ateliers d’écriture programmés en Drôme provençale et ailleurs...

Informations sur www.ateliers-regarde-venir.blogspot.com
Regarde-venir remercie le club Unesco de la Garde Adhémar qui nous ouvre les portes de la chapelle des pénitents

mercredi 16 décembre 2009

PHOTOS D'ACTUALITES A ST-RESTITUT


Bénédicte KURZEN : De la photo dite d'actualité à la photo documentaire.

Intéressée par les manifestations anti-globalisation, Bénédicte Kurzen prenait toujours son appareil photo ce qui en fait l’a conduit à la photographie. C'était l'époque de Gène, de Bruxelles, Genève et de toute cette série très médiatisée de manifestations qui devenaient violentes. Entre le cocktail Molotov et l'appareil photo elle a vite fait mon choix. Sa façon de vivre ces soulèvements populaires était de les documenter. Quelques années plus tard, elle s’est retrouvée basée a Gaza pendant plusieurs mois. La frénésie s'acheva lorsqu’un ami lui confia un Rolleiflex et un autre lui proposa de participer à un projet intitulé " violence contre les femmes", auquel participaient de grands noms de la photographie aux quatre coins du monde. Elle a travaillé un mois sur ce sujet. Ca lui a semblé être une éternité, mais en réalité, c'était très peu pour capter l'intimité de ces femmes et les situations humaines qui n'avaient pas leur place dans l'espace public, celui de la rue.
Une fois qu’elle eut goûté a cette façon de travailler, les enjeux et surtout la puissance d'un reportage photo lui semblèrent évident. Elle a ensuite pas mal traîné : en Irak, au Liban, en Egypte. Puis vint le moment en 2005 ou elle déménage en Afrique du Sud. Elle travaille toujours de la même façon. Son Rolleiflex autour du coup.
Le projet qui est exposé à Saint Restitut n'est pas un reportage de guerre. Ou plutôt c'est un reportage sur une guerre passée, et une guerre présente mais intime
C'est ça aussi la vocation d’un journaliste : transmettre des informations et donner une forme visuelle à une réalité fuyante.


PARENTHESE 2009 en résonance avec la biennale de Lyon 2009 jusqu’au 3 janvier 2010 à la Maison de la Cure à St-Restitut avec Matthias BRUGMANN, Galerie Polaris
Jérôme DELAY, Associated Press,Grand prix photo humanitaire 2009, Grand prix du public Bayeux 2009
Bénédicte KURZEN, VII mentor - Noël QUIDU, Agence Gamma, 3 fois World Press
Anthony SUAU, World press 2009

mardi 1 décembre 2009

UNE VALREASSIENNE AU BURKINA FASSO


Joëlle Cayla, opticienne à Valréas, n’a pas hésité à laisser mari et enfants, amis et clients pour quelques jours afin de se mettre au service de ceux qui ont plus besoin que nous. Volontaire pour une opération lancée par son enseigne elle est partie pur le Burkina-Faso mettre ses compétences au service d’enfants qui n’ont pas l’accès aux soins que nous avons la chance de connaitre chez nous. Profitant du déplacement, elle a mis à profit le voyage pour également apporter des livres et notamment des dictionnaires aux enfants du pays. Car s’il est bien de leur permettre d’y voir clair , il est encore mieux de leur donner la possibilité d’avoir accès à l’éducation et à la culture , c’est ainsi qu’ils pourront accéder plus vite à une vie meilleure. Bravo et merci à Joëlle d’avoir été l’ambassadrice de l’Enclave dans ces terres lointaines.Connaissant ses qualités de photographe, que l'on peut déjà apprécier sur : http://photoevasion-jo.blogspot.com/ , nous ne doutons qu'elle va aussi , avec de nombreuses histoires à nous raconter, ramener de magnifiques photos !!!
Photo : Joëlle Cayla

jeudi 26 novembre 2009

ARTISANS DU PAYS : TOILETTAGE A DOMICILE


Dans notre série : Artisans du Pays
Cécile Koehlofer est toiletteuse d’animaux à domicile. Habitant à Malaucène, elle parcourt le Pays allant jusqu’à 60 kilomètres de sa base. Elle a commencé son activité il y a bientôt 4 ans et elle a su fidéliser de nombreux clients à tel point que maintenant il faut prendre rendez-vous des jours à l’avance….
Elle a eu l’idée d’aménager un camion qui comprend tout son nécessaire et quand elle arrive chez son client , elle n’a qu’une manipulation, mettre le courant avec une rallonge chez celui-ci.
Munie d’un CAP de toilettage canin elle peut bichonner tous les animaux de compagnie, du chien au chat en passant par le lapin, ou le furet. Son camion est équipé pour recevoir tous les animaux même des gros chiens….
Son idée originale a même fait l’objet d’un reportage à l’émission 30 millions d’amis, la référence en matière d’animaux…
Ah oui on allait oublier son enseigne c’est Snoupi, tellement connue qu’on l’appelle maintenant cécile snoupi, c’est plus simple….et son tel 06 68 36 71 78
Photo : Cécile dans son camion

Voir aussi : Mohair du pays
Tabliers du Pays

mercredi 25 novembre 2009

OENOTOURISME AU PAYS : LES NOUVEAUX CAVEAUX






Les NOUVEAUX CAVEAUX


L’oenotourisme commence au caveau, il semble que les vignerons aient fait leur cette évidence. C’est en effet un élément incontournable de la rencontre entre le vigneron et son public. C’est pourquoi l’on assiste depuis quelques années, malgré la crise, à la modernisation des caveaux existants pour les grandes unités comme pour les domaines particuliers. Mais pour attirer le touriste il ne suffit pas de mettre un panneau sur la route et d’attendre le chaland. Il faut proposer des animations et relancer sans cesse l’intérêt. Et là il y a encore des progrès à faire…..

Pour ne parler que de l’ année 2008, la cave de Rasteau a inauguré, au cœur du vignoble, un nouvel espace en parfaite harmonie avec l’environnement , puis en juin la cave de Cairanne se dote d’un nouveau caveau baptisé « Camille Cayran » , en juillet à Vinsobres deux nouveaux caveaux ( Domaine Peysson et Domaine Autrand), en aout c’est Le Bois des Muses à Piégon qui ouvre le sien….Et pour novembre 2008 l’ouverture par la cave « la Nyonsaise » d’un nouveau caveau assez extraordinaire de même qu’un peu plus tard en juillet 2009 aux Pilles et fin 2009 le caveau du domaine La Grand’Ribe à Ste Cécile… .

RASTEAU
Situé en face des locaux de la cave, au pied du village, il est parfaitement intégré dans son environnement paysager et viticole. Il allie en effet l’authenticité des pierres sèches et la modernité dans son aménagement intérieur et extérieur. Le nouveau caveau, ouvert 7 jours/7, représente un formidable outil commercial dans une région tournée vers le tourisme. Et comme l’a dit le directeur de la Cave, Jean-Jacques Dost : “Notre objectif est ambitieux : le caveau apportera de l’image et de la notoriété à nos vins. Les attentes sont grandes : économiquement, c’est un outil qui va nous permettre, avec un réel développement de l’œnotourisme, d’augmenter le chiffre d’affaires de la vente directe de 1,5 million d’euros (CA 2007) à 2,5 millions d’euros en cinq ans. L’investissement (durée des travaux et agencement : 16 mois) représente 1 650 000 euros pour une superficie totale de 600 m2 (vente 400 m2, stockage 200 m2). Six personnes travaillent sur place. Parmi elles, Charlotte Laé, nouvelle responsable du développement de l’œnotourisme et de la clientèle internationale.
le caveau de Rasteau (photo Christophe Grilhé )

CAIRANNE
La Cave de Cairanne est un acteur important de l’oenotourisme de la région depuis l’ouverture du lieu d'accueil original qu’est « le Parcours sensoriel ». Le nouveau caveau : “C'est un petit supplément d'âme, où convivialité, chaleur humaine, ambiance lumineuse et cadre contemporain s'harmonisent”, a souligné Pascal Valadier, le président de la Cave, lors de l’inauguration. . Le concepteur en est l’architecte Éric Ordener (également de celui de Rasteau et de Visan). Il met en valeur les vins et offre une belle vue sur les chais. L'aménagement fonctionnel a été étudié pour être une passerelle avec le parcours sensoriel. Au rez-de-chaussée, un vaste comptoir en bois clair permet la dégustation. La Cave continue d'accueillir de plus en plus de visiteurs dans de meilleures conditions : 12 000 visiteurs par
an au minimum. Le Caveau est ouvert sept jours sur sept de 9 h à 19 h.

Le caveau de Cairanne

ANIMATION
Avoir un caveau de vente , accueillant pour une cave c’est un plus. Le but est d’atteindre le label 3 feuilles attribué par InterRhône ( voir encadré). Mais il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. Encore faut-il l’animer pour créer du flux permanent de visiteurs. L’art participe beaucoup à ces animations avec la gastronomie. A la Vinsobraise (Vinsobres) les peintres se succèdent aux cimaises du caveau et de la salle de dégustation attenante . C’est aussi le cas à La Gaillarde à Valréas, dont le caveau a inauguré en 2008 un espace rénové et des nouveaux présentoirs réservés aux produits d’excellence du terroir de la région. Le lieu continue d’être un rendez-vous permanent d’expositions de peinture avec une exposition nouvelle par trimestre et ce, depuis fort longtemps. De plus le caveau est régulièrement le point de ralliement des amateurs de vieilles voitures.
L’Art, la gastronomie, le sport semblent être pour l’instant les animations les plus fréquentes des caveaux. Bien d’autres viendront compléter l’offre jouant sur le goût, la mémoire populaire, le métier de vigneron…. Alors l’oenotourisme aura pris possession de toute notre région.
Photo : caveau La Vinsobraise peinture - Ste Cécile - motos
INTER RHÔNE
La charte Vallée du Rhône, Terroirs d'Accueil
Le guide Inter Rhône présente une sélection des meilleurs lieux d'accueil dans le vignoble de la Vallée du Rhône. Tous ces caveaux de dégustations sont labellisés par la charte de qualité d'accueil "Vallée du Rhône, Terroirs d'Accueil".Les caveaux de dégustation, répondant aux critères de la charte, sont classés selon 3 échelons, identifiables par des feuilles de vignes :
1 feuille : Un accueil de qualité
Le caveau est aménagé et équipé pour recevoir les touristes, la dégustation est proposée sans obligation d'achat et réalisée dans les meilleures conditions, le caveau est ouvert à horaires fixes...
2 feuilles : Un accueil de qualité supérieure
En plus de l'échelon 1, le personnel d'accueil vous informe sur la gastronomie locale, les lieux touristiques...
3 feuilles : Un accueil d'excellence
En plus de l'échelon 2, vous pouvez déguster dans des verres en cristal, le caveau est accessible aux personnes à mobilité réduite, et vous propose l'expédition de bouteilles en France pour un minimum de 24 bouteilles...
Comment reconnaître un caveau labellisé ? Une plaque en émail, apposée à l'entrée de chaque caveau labellisé, vous garantit le respect de la charte.
Comment se repérer dans le vignoble ? Treize routes des vins ont été créées pour faciliter votre parcours à travers l'ensemble des domaines viticoles de la Vallée du Rhône. Suivez les panneaux signalétiques au bord des routes, ils vous emmèneront directement au cœur des vignes.

vendredi 20 novembre 2009

UN G7 DES OFFICES DE TOURISME DU PAYS


LE G7 DES OFFICES DE TOURISME S’EST CONSTITUE

Les présidents des 7 Offices de Tourisme du Pays suivants se sont réunis au Château de Suze-La-Rousse afin de présenter le regroupement informel des 7 Offices de Tourisme pour une nouvelle approche touristique de tout le territoire : Tricastin - Pays de Grignan - Enclave des Papes. Ce sont M. BESSON Dominique, Pays de Grignan, Mme CHALON Betty, Tulette, M. DE ZARZECKI Pascal, Pierrelatte, M. MICHEL Claude, La Garde-Adhémar,M. PAULIN Claude , Saint-Paul-Trois-Châteaux, M. PERROUX Marc, Suze-La-Rousse, et M.TAILLAND Alain, Valréas-Enclave des Papes
Ils ont , suite à leurs réunions préparatoires conclu que le temps était venu de répondre aux attentes :
1/ Du touriste internaute dans son salon en lui proposant une véritable offre touristique territoriale qui lui donne idée de tout ce qu'il pourra faire, c'est le cas du portail commun aux 7 Offices de Tourisme qu’ils veulent établir.
2/ Du touriste automobiliste, (plus de 99%des touristes ) en lui proposant des documents suffisamment variés et riches pour le retenir plus longtemps sur le territoire. La carte touristique est un début. On ne peut pas remettre à un touriste qui reste 15 jours, une carte de 2 ou 3 communes.
3/ Les professionnels recherchent des partenaires performants. Aujourd'hui, beaucoup adhérent à 1, 2, 3 ou 4 Offices de Tourisme. Nous devons raisonner à mutualiser les adhésions avec des services différents. Comme : adhésion simple, adhésion + guide, adhésion + guide + internet + Portail Internet + salon... Nous devons aussi raisonner à demain, comment créer un produit package et comment le promouvoir et le faire acheter... ?
En conclusion ils sont conscients que d'autres points sont à regarder, et que la tâche est immense mais le constat unanime est que la volonté de travailler ensemble, la cohérence du territoire et son prolongement à l'Enclave des Papes, le volume de l'offre touristique et la masse critique que représentent les 7 Offices de Tourisme donnent un levier et un moyen fort de booster notre économie touristique dans un monde concurrentiel de plus en plus aiguisé.

jeudi 19 novembre 2009

ENCLAVE DES PAPES : UN VIN A DEFENDRE



Si Chateauneuf persiste dans sa volonté d'interdire le vin "Enclave des papes" d'être vendu il faudra encore attendre pour crier Victoire.
Car les Vignerons ne se satisfont point , comme on aurait pu s'en douter, des décisions d'une justice qui par cousinage n'ose pas froisser un voisin vinicole alors que les tribunaux plus éloignés n'ont pas toujours donné raison à Chateauneuf...
Il y aurait donc deux sortes de justice en France, une près de Chateauneuf ( Nîmes) et une plus éloignée ( Lyon,Paris). Les vignerons ont donc bien raison de continuer à se battre pour faire valoir leur identité qui est autant valable que celle de Chateauneuf-calcernier qui ne veut pas de la sienne, historique pourtant.
Posons donc la question aux chateaunevois s'ils veulent changer de nom et revenir à celui qui était le leur jusqu'en 1790.... Et bien la réponse est la même que celle des vignerons de l'Enclave des papes.....
En attendant donc que Chateauneuf essaye d'interdire à tous ceux qui produisent et vendent du vin "Enclave des Papes", faisons comme d'habitude , continuons de l'apprécier, de le déguster, de le faire découvrir à nos amis, à nos hôtes lors de nos déplacements afin qu'il ne devienne jamais un "collector" mais le véritable ambassadeur de la vraie nature des vignerons de l'Enclave, bien différents de certains autres avec leurs qualités propres à l'Enclave : la tolérance, la charité,l'amour du prochain et l'envie de le voir heureux et prospère.
Photo : les vignerons iront en cassation c'est sûr
L'enclave des papes : une histoire, un territoire,des produits ,un Vin ....

vendredi 13 novembre 2009

SUPERVUES 2009 A VAISON



Supervues 2009 - Une petite surface de l’art contemporain
11, 12, 13 décembre – Vaison la Romaine -
Durant trois jours, le Burrhus est fermé en tant qu’hôtel, inutile donc de chercher à réserver une chambre. Pourtant il affiche complet et ses hôtes sont cette fois les galeries, les institutions, les artistes et les associations qui relèvent le défi de présenter leur travail dans une chambre d’hôtel. L’hôtel prend des allures de mini-foire d’art contemporain, où le public est invité à visiter 35 mini-expositions qui présenteront autant d’artistes. Trente cinq façons d’exprimer une vision de la création dans un espace donné avec les contraintes qui sont celle d’un lieu habité.
Supervues est une offre de rencontre entre des individus curieux, collectionneurs ou non, des artistes, des institutions, des galeries et des associations.
L’idée de réunir au cœur de l’hôtel Burrhus, un ensemble d’artistes et de galeries est le prolongement naturel du projet que Laurence et Jean-Baptiste Gurly poursuivent depuis de plus de dix ans, en exposant régulièrement des créateurs.
Détail de l’exposition :
35chambres occupées à découvrir 33 artistes, un collectionneur et une chambre de projection.
33 Artistes/ Galeries, institutions ou associations : Hélène Agniel / Lithos - Remy d’Allalglio / La Vigie - Olivier Bedu – Grégoire Bergeret – Damien Berthier – Caroline Blin Dominique Castell / Voyons Voir - Jean-Marc Champoulie - Christine Crozat / Galerie Martagon - Gérard Depralon / Galerie Eric Linard - André Forestier / Galerie le Réverbère - Paul Armand Gette /Galerie Porte Avion - Jean-Baptiste Ganne / La Station - Olivier Grossetête / Frac Paca - Benjamin Hugeard / La maison- Galerie Singulière – Rémy Jacquier /Urdla -Ingrid Luche – Richard Monnier - Thiery Mouillé - Ann Puig Rosado / Angle art contemporain - Lucja Ramotowski- Brunet / I .A.C. Rhône Alpes- Sophie Urbani / Galerie du Tableau - Eric Watier et d’autres encore….
Site : http://www.supervues.com/

mercredi 28 octobre 2009

EN SOUVENIR DE GERARD PIERREFEU





De nombreuses personnalités politiques, de la filière viticole et de nombreux vignerons étaient présents ce samedi 24 octobre à Cairanne pour inaugurer la Maison des Vins Gérard Pierrefeu. Parmi eux, Claude Haut, Président du Conseil Général de Vaucluse, Vincent Seve, Maire de Cairanne, Christian Paly, Président d'Inter Rhône, Alain Dufaut, Sénateur, Denis Alary, Président du Syndicat des Vignerons de Cairanne et de nombreux représentants du monde viticole régional avaient tenu à découvrir ce nouvel espace et honorer la mémoire de Gérard Pierrefeu.
Gérard Pierrefeu a commencé sa carrière à Cairanne en tant que Président du Syndicat local en 1960, succédant à Albert Rieu, jusqu’en 1977 où il laissa le poste à Marcel Roche. Puis il fût Président du Syndicat Général des Côtes du Rhône de 1968 à 1976, de suite après le décès du Baron le Roy, puis Président du Comité Interprofessionnel des Vins des Côtes du Rhône et de la Vallée Du Rhône de 1967 à 1976, Vice-Président de l’INAO de 1968 à 1990 mais également Président Régional de l’INAO de 1968 à 1989. Il faut citer aussi sa Présidence de la Confédération Nationale des Producteurs d’AOC de 1973 a 1975 et celle du Comité National des Vins de France de 1989 à 1991.
« Faire connaître les vins du territoire de Cairanne par toutes voies de propagande ou de publicité utile ; leur assurer une appellation d’origine, en rendre la vente plus facile et plus rémunératrice, en un mot prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la défense des intérêts viticoles de la Commune de Cairanne : tel est le but du Syndicat. » En citant l’article 3 de la constitution du Syndicat de Défense des Intérêts Viticoles de Cairanne, créé le 25 avril 1929, Denis Alary démontra que : « Nous avons franchi un nouveau cap dans la promotion de nos vins autrefois appellée propagande ». La Maison des Vins Gérard Pierrefeu se compose d'une salle de dégustation de quatorze postes, d'une salle de réunion et de bureaux, idéalement situé au coeur du village.
Photos : Les officiels lors de l'inauguration - Johannés Pierrefeu, son fils

lundi 26 octobre 2009

LES MOTS DU VIN


Un Atelier d’écriture sur « Les mots du vin » aura lieu le Samedi 14 novembre 2009
L ‘atelier les « Mots du vin » propose de relier l’usage de la langue - qu’elle soit Classique ou argotique - aux plaisirs sensoriels qui nous relient au monde. Il démarre par une lecture de textes sur le vin, un regard sur son vocabulaire et tous ses « délires » possibles: des « arômes de fleurs d’été et d’entrailles animales » (commentaire de dégustation relevé dans le magazine Gault et Millau) à l’invraisemblable expression qui qualifie un nectar de « petit Jésus en culotte de velours »…. Enfin, plus simplement, le vocabulaire de la dégustation sera mis en pratique, verre en main, en compagnie d’un vigneron-œnologue. L’après-midi sera consacré à l’écriture et à la recherche de formes adaptées à l’évocation de nos souvenirs autour du vin. Colette sera notre guide, avec ses écrits autour de la cave paternelle, puis son amour des grands crus et, enfin, ses plaisirs simples au cœur de l’été, en Provence. Aucune compétence particulière, ni en écriture, ni en dégustation, n’est requise pour participer à cette journée animée par Anne Simonet-Avril, formée par Aleph. Inscription obligatoire 14 novembre, de 10 à 18 heures - Participation aux frais, Adhérents : 50 € Non adhérents : 60 € - Arrhes : 20 €.Jeunes et demandeurs d’emploi, nous consulter. Regarde-venir, rue du marquis de la Baume ass. loi 1901 26700 -La Garde Adhémar propose et anime des ateliers d’écriture - Blog :http://ateliers-regarde-venir.blogspot.com

lundi 12 octobre 2009

CA TOURNE A VISAN




Ce n'est ni un film, ni une émission de télévision mais samedi 10 Octobre à Visan on tournait un roman-photo.
Les fidèles lecteurs de ce blog avait eu l'info il y déjà trois mois, mais cette fois-ci , toute l'équipe de tournage était au rendez-vous que leur avait donné l'homme orchestre du tournage, du scénario, de l'impression et de la diffusion de ce qui doit être le seul roman-photo de France.. YVES FURIC !
Commençé devant et dans la cave des Coteaux à Visan , l'histoire va permettre au lecteur de suivre les héros récurents Joss Fuchel, le jeune journaliste et Charles de Saint-Roch, l'aristocrate cultivé dont les connaissances encyclopédiques sont d'un grand secours pour la résolution d'énigmes qu'Yves Furic batit à partir de l'histoire authentique de chaque lieu. C'est ainsi qu'à Visan il sera question du Marot mais ..... n'en disen pas maï !



A bientôt dans les kiosques du Pays



Photo : lors du tournage à Visan !

MATERNITE DE VALREAS : PREMIERE VICTOIRE


Première victoire au procès en référé à Nîmes.
Enfin un juge qui en a ....C'est si rare que cela mérite d'être souligné.
Cette victoire en appelera d'autres !
Comme disait Ernesto "Hasta la victoria sempre!"
Pour rappel les attendus du jugement :

Article 1er -.L'intervention du comité de sauvegarde et d'amélioration de l'hôpital de Valréas est admise en ce qui concerne les conclusions dirigées contre la décision du ministre de la santé et des sports du 31 août 2009,
Article 2 : II n'y a pas lieu à statuer sur les conclusions de Mme BARTHELEMY et autres tendant là la suspension de la décision de la commission exécutive de l'agence régionale d'hospitalisation de Provence Alpes côte d'Azur.
Article 3 : L'exécution de la décision de ministre de la santé et des sports en date du 31 août 2009 est suspendue.
Article 4 : L'injonction prononcée par le juge des référés du tribunal de céans le 26 août 2009 est assortie d'une astreinte de 100 euros par jours de retard à la charge de l'Etat à l'expiration d'un délai de 8 jours à compter de la notification de la présente ordonnance.
Article 5: L'Etat versera la somme de 500 euros en application des dispositions de l'article L. 761-1 du code de justice administrative au CENTRE HOSPITALIER DE VALREAS et à la COMMUNE DE VALREAS.

Photo : Pour une fois Valréas a été entendu !

jeudi 8 octobre 2009

L'EAU EST TOUJOURS RARE AU PAYS


A L'AUTOMNE, LA SECHERESSE GUETTE ENCORE

Le CEDER, en partenariat avec le Pays Une Autre Provence, a lancé depuis le 20 juillet une campagne de sensibilisation aux économies d'eau au quotidien : "Chaque goutte compte". La campagne se terminera qu'à la fin de l'automne quand la menace de sécheresse sera atténuée.

La diminution de la ressource en eau est un symptôme du changement climatique avéré et confirmé par de nombreux scientifiques. La gestion de cette ressource, partiellement renouvelable mais pas inépuisable, devient un enjeu mondial. Sa préservation touche particulièrement, et notamment cet été, le nord Vaucluse et le sud Drôme au climat généralement sec et chaud.
C’est pourquoi, le CEDER en partenariat avec le Pays Une Autre Provence proposent la campagne « Chaque goutte compte » juqu'à la fin de l'automne pour sensibiliser aux économies d'eau et aux éco-gestes. Cette campagne à destination du grand public souligne l'importance de rester vigilant sur notre consommation d'eau potable pendant l'automne tant que les nappes phréatiques ne se sont pas rechargées.

Situation encore alarmante
La situation est toujours préoccupante. Les années consécutives de sécheresse sur notre territoire non pas été compensé par les gros orages de ces dernières semaines. Les déficits se confirment... Les précipitations d’août ont été relativement peu abondantes. En conséquence, la situation des cours d’eau se dégrade, avec des écoulements qui restent faibles à très faibles pour la saison. La tendance générale des nappes est également à la baisse avec une dégradation continue des niveaux et la confirmation de situations localisées parfois inquiétantes. Le département la Drôme, conserve les mesures de restrictions des usages de l’eau. Dans le Vaucluse, les apports des pluies ont été inégalement répartis : certains débits de cours d’eau restent faibles et l'état de vigilance est décrété. Il paraît donc particulièrement important de surveiller notre consommation d'eau jusqu'à l'hiver, période habituelle de recharge pluviale.

Ne pas relâcher les efforts
Les arrêtés préfectoraux sont donc toujours d'actualité surtout en Drôme. Pour répondre à l'urgence et à la gestion de la ressource en eau, il est important de réduire notre consommation d'eau et de l'optimiser.
Aussi, les arrêtés soulignent l'interdiction de laver sa voiture, l'arrosage des jardins en dehors des heures les moins chaudes entre 19 h et 8 h pour éviter toute évaporation inutile, le remplissage des piscines.
Des astuces simples peuvent aider à réduire notre consommation d'eau : penser à réutiliser l'eau des légumes pour laver les sols ou arroser les plantes...

Prolongation de l'achat hydroéconomes pour les retardataires
Dans ce contexte délicat, si le bon sens rappelle de prendre des douches économes plutôt que des bains, de fermer le robinet lors du rasage ou du lavage des dents… Il est également possible grâce à un investissement minimum de diminuer sa consommation d'eau. Suite au succès de l'achat hydroéconome de septembre, nous proposons un nouvel achat jusqu'au 26 octobre. Nous savons que ce matériel est parfois difficile à trouver dans le commerce il vous vous est proposé à tarif préférentiel.
- Réducteur de débit pour robinet réduisant de 50 % le débit initial (de 12 l. à 6 l/mn.) : 3 €
- Réducteur de débit pour douche réduisant de 50 % le débit initial (de 12 l. à 6 l/mn.) : 6 €
Pour toute commande contacter Romain FAVIER au CEDER au 04 75 26 22 53 ou renvoyer complété le bordereau de commande disponible sur le site www.ceder-provence.org

"Si seulement 10 personnes réduisaient le débit de leur robinet de la salle de bains à 5l/mn il y aurait une économie d’eau d’environ 420 litres par jour, c'est-à-dire, 153 300 litres par an.
De quoi approvisionner 5 personnes économes en eau pendant un an…"
Crédit photo : CEDER(c)
Renseignements au CEDER au 04 75 26 22 53 ou sur le site www.ceder-provence

jeudi 1 octobre 2009

A CARCASSONNE LE 24 OCTOBRE



La manifestation de Carcassonne sera sans aucun doute sympathique et colorée mais elle sera revendicative avant tout

La situation dans laquelle est maintenue la langue d’oc est scandaleuse, indigne et donc inacceptable. Elle est scandaleuse au regard des déclarations et promesses qui ont été faites mais aussi au regard de l’introduction de l’article 75-1 dans la Constitution en juillet 2008.
Nous avons le sentiment que la reconnaissance des langues dites régionales comme patrimoine de la France risque de déboucher sur un enterrement.
Si ce patrimoine linguistique n’a aucune valeur alors pourquoi s’occupe-t-on du patrimoine matériel ? Est-il plus utile ?
Un patrimoine linguistique cela s’entretient par une politique linguistique ambitieuse.La loi promise par le gouvernement n’arrive pas. Nous n’avons aucune nouvelle positive de la part du ministre en charge du sujet.
Nos députés, nos élus dans les collectivités locales doivent intervenir auprès de l’Etat pour qu’il tienne ses promesses.
A Carcassonne, ceux qui viendront interrogeront l’Etat par leur présence mais aussi les élus locaux et les parlementaires. Être à Carcassonne sera une façon de demander à ces élus de faire la pression nécessaire pour que l’avenir de la langue d’oc, patrimoine commun à tous ceux qui habitent en Pays d’Oc, soit assuré et que la langue fasse l’objet d’une politique de la part de l’Etat.
Mais la loi future n’est pas notre seule préoccupation.
Des choses nous inquiètent beaucoup dans plusieurs domaines :
1) L’enseignement de l’occitan-Langue d’oc dans les établissements publics est sinistré. Dans les collèges et les lycées tout d’abord, rares sont les endroits où l’offre est vraiment organisée. Prétendre que la demande baisse est un argument fallacieux surtout quand tout est fait pour empêcher son expression ou pour la décourager.L’enseignement de l’occitan-Langue d’oc est systématiquement dévalorisé.
Cela fait peser un risque mortel sur le reste de la filière. Comment peut- on former des enseignants de langue d’oc si la source qui permet d’alimenter l’université est asséchée ? La mort de l’enseignement de l’occitan-langue d’oc serait-elle programmée ? Il faut que les élus des collectivités interviennent pour arrêter le massacre. La mise en place de classes bilingues dans l’enseignement public est trop compliquée et ne tient pas assez compte de la demande des parents qui doit être l’élément déclencheur de la création de ces classes. Trop de mécanismes permettent à divers niveaux de l’institution de bloquer le système.
L’information donnée aux parents est largement insuffisante pour ne pas dire souvent inexistante. Pour les écoles associatives «Calandreta» qui enseignent par immersion, chaque jour nous amène des exemples de difficultés qui entravent leur développement. !Combien de temps va-t-on laisser des individus soucieux de l’enseignement qui est donné à leurs enfants se heurter à des murs de préjugés et de mauvaise foi ? Il faut que les élus prennent conscience qu’ils doivent aider ces initiatives et faire en sorte que l’inertie de l’Etat n’entrave pas la montée d’une demande sociale.
2) Dans les médias de l’audiovisuel publics rien n’a changé en trente ans !
La télévision publique accorde moins d’une heure à la langue d’Oc par semaine dans le cas de la région la plus favorable.
Dans certaines régions il n’y a rien ! La radio publique supprime régulièrement des émissions en langue d’oc. On en arrive aujourd’hui à compter le temps consacré à notre langue sur les antennes de Radio France (France Bleu) en secondes/jour parfois en minutes, dans de rares cas. NOUS ne VOULONS PLUS de ce SERVICE qui n’est PAS UN SERVICE PUBLIC mais un service qui raisonne sur la base de préjugés. Chaque fois que des émissions ont été mises en place elles ont trouvé leur public. Pourtant on les supprime. Le service public ne fait rien non plus pour aider à la formation de professionnels des médias en langue d’oc. Il prend ensuite prétexte de cela pour dire qu’il lui manque des gens capables de répondre à ses critères de qualité.
Que dire de la diffusion des artistes s’exprimant en langue d’Oc sur ce service public ? Qui décide qu’il ne faut plus programmer de chansons en langue d’oc ?
Nous demandons donc la création d’une télévision de service public en langue d’Oc et d’une radio de service public dans la langue.
Que les élus de nos régions trouvent avec l’Etat un accord pour la création de cette télévision et de cette radio de service public en langue d’oc.
Mais les institutions d’Etat ne sont pas seules en cause.
Si certains élus locaux, certaines collectivités ont commencé à faire un peu pour la langue d’oc nous leur disons que c’est bien, mais que ce n’est pas assez. D’autant plus qu’au regard de certaines promesses et déclarations nous sommes loin du compte.
ILS DOIVENT FAIRE PLUS que ce soit dans les communes, les départements ou les régions. La politique pour l’occitan-langue d’oc ne peut se résumer à une maigre ligne budgétaire. S’ils ont commencé à faire un peu, ils sont sur la bonne voie mais il est clair qu’ils doivent être beaucoup plus ambitieux et volontaristes.
Quant aux autres, ceux qui n’ont pas encore commencé à faire ; il est temps qu’ils s’y mettent. Ils sont en retard, ils sont à côté de la plaque.
Partout les enquêtes montrent l’attachement de la population à la langue et le désir de la voir s’épanouir. Ne pas répondre à cette demande est une erreur. C’est prendre un retard qu’il faudra rattraper un jour ou l’autre, c’est ne pas comprendre les enjeux culturels, sociaux de la globalisation dont certains parlent tant .
Il faut que les régions d’oc se regroupent pour la mise en place d’une politique inter régionale en faveur de la langue d’oc et qu’elles travaillent avec les voisins de la Région Piémont et du Val d’Aran.
La politique en faveur de la langue d'Oc nécessite que l’Etat prenne sa part de responsabilités et que les collectivités en fassent autant. Mais il est du devoir des élus des régions, des départements et des communes et des parlementaires de faire la pression nécessaire sur l’Etat. Ils doivent aussi faire la pression sur les partis pour que le sujet ne soit plus l’objet de sarcasmes, de déclarations insultantes, de fantasmes ou d’amalgames d’un autre temps.
Il y aurait bien d’autres sujets à aborder comme par exemple ces ridicules résistances à la création de crèches bilingues. Il faudrait se demander pourquoi la langue ne peut apparaître dans la vie publique (signalisation bilingue, publications, etc). Parmi ceux qui organisent la manifestation de Carcassonne, il y a des associations, des spécialistes de tous ces domaines. Nous avons fait des propositions aux diverses collectivités et à l’Etat . Que les responsables politiques à quelques mois des régionales nous disent ce qu’ils ont fait, qu’ils nous disent surtout ce qu’ils vont faire et qu’ils le fassent !Ceux qui seront à Carcassonne attendent autre chose que des déclarations de sympathie. Dire que l’on aime la langue et ne rien faire ensuite c’est insulter l’avenir. Donner un avenir à la langue passe par une volonté politique, par la construction d’un projet. C’est ce que nous voulons pour notre pays d’oc , pour ceux qui y vivent et pour l’ensemble de ceux qui peuplent cette planète …

La Lengo que parlan es patrimòni de l’umanita !

COUOURDINACIOUN « ANEN O !» Coumita d’ourganisacioun de la manifestacioun dóu 24 d’óutobre de 2009 à Carcassouno -www.manifestarperloccitan.com - www.felibrige.org

COMMENT Y ALLER ? Un car partira de la Calandreta d'Orange à 9H du matin.
Retour : départ de Carcassonne : 18H Pour vous inscrire, téléphonez à la Calandreta ( 04 90 34 94 47 demandez Chantal ou Caroline)
Il reste encore quelques places.Dépêchez vous! Prix: 25 € pouradultes 15 € pour les moins de 20 ans.

Photo : Jean-Marc Courbet (Baile du Félibrige), Isabelle Mejean (I.E.O Drôme) et Jean-Pierre Belmon, trois défenseurs de la langue.

VAQUI SUR FR3 PARLE DU PAYS





VAQUI – FR3 PARLE DU PAYS

Jean-Pierre Belmon, producteur d’émissions en provençal et en occitan depuis longtemps a FR3 Méditerranée, a réussi à réunir en ce temps de vendanges, deux choses qui se complètent bien : le vin et la langue occitane. Il a réussi aussi a mobiliser présentateurs et équipes de Bordeaux, Montpellier et Marseille- ce qui n’est pas un mince exploit- pour préparer trois sujets sur le Goût, la vigne et le vin. De Villeneuve lez Avignon à Suze la Rousse en passant par Beaumes de Venise il a réuni les acteurs de cette filière vin, la condition n’étant bien entendu qu’ils s’expriment en provençal.
C’est ainsi qu’à Suze , il a pu notamment interviewer Max Feschet, maire de Bouchet et vigneron, Isabelle Méjean de la chambre d’agriculture de la Drôme et une étudiante de l’université du vin, une polonaise, qui sera donc la seule personne de l’émission à parler français ! Les sujets seront projetées le samedi 10 octobre sur FR Marseille le samedi 10 septembre à 10h20 dans l’émission « Vaqui » et le dimanche 11 octobre à 11h40 sur FR3 Languedoc-Roussillon dans l’émission « Viure al Païs ».
Présentée par Lisa , jeune fille du Pays – de Baume de transit- qui prouve qu’on peut-être jeune et parler couramment le provençal sans être ringard ( ce que pensent de nombreux jeunes) , VAQUI est la dernière émission en occitan qui perdure, bouroulée au gré des grilles et des années du samedi au dimanche, elle risque un jour de disparaître si la langue n’obtient pas son statut et sa reconnaissance par la loi. C’est aussi le sujet de la manifestation de revendication du 24 Octobre à Carcassonne.

Photos : l’équipe de tournage – les 3 présentateurs – J.Avril ( Université du Vin),I.Mejean et J.P.Belmon ( au centre) - le tournage

mercredi 30 septembre 2009

OENOTOURISME : LE JARDIN DES VIGNES DE SUZE LA ROUSSE





LE JARDIN DES VIGNES DE SUZE LA ROUSSE

Le château de Suze-la-Rousse, classé monument historique, trône sur son promontoire rocheux au cœur du vignoble des Côtes du Rhône. Cet édifice, témoignage exemplaire de l'architecture médiévale et Renaissance en Provence, est depuis 1965 propriété du Conseil général de la Drôme.Il propose de découvrir ce site patrimonial à travers des visites assurées par ses guides et son service pédagogique ; le château est également animé par des expositions d'art et de photographie, qui sont l'occasion de mêler patrimoine et création actuelle. Depuis 1978, une partie du château abrite l'Université du vin.

UN JARDIN AMPELOGRAPHIQUE

Celle-ci y développe des actions de sensibilisation et de formation à l'œnologie, notamment depuis 1989 par la création d'un jardin ampélographique sur un terrain municipal mis à disposition au Syndicat des vignerons de Suze. Ce Jardin des Vignes est accessible librement soit à pied par la porte des Flamands soit du château en traversant La Garenne * jusqu’au Jardin des Vignes où sont plantés les principaux cépages de la viticulture contemporaine. Tous sont aisément identifiables et leurs différence se voient à l'œil nu : dans la taille, la couleur et la forme des feuilles comme celle des grappes. L'objectif scientifique du jardin ampélographique fut de constituer une collection accessible par tous.
Outil pédagogique pour les professeurs, la collection est accessible aux étudiants et amateurs qui peuvent suivre les stades phrénologiques, s'entraîner à reconnaître les caractères morphologiques des variétés ils pourront comme le vigneron observer la vie du jeune rameau, la forme de la baie, surveiller les premiers bourgeonnements….
Grâce a un étiquetage soigné, les 23 cépages des Côtes du Rhône : viognier , syrah, grenache, mourvèdre, cinsault... mais aussi ceux du Bordelais ,du Jura ou encore d'Italie. Au total 69 cépages les plus utilisés dans le monde pour faire du vin.
La Bibliothèque et la Librairie complèteront utilement cette découverte
Depuis 1991 , au pied du Château du Suze-la-Rousse, dans les anciennes écuries restaurées et baptisées "Espace Médicis" , des salles de cours , de réunion et d'analyse sensorielle complètent les installations du Château
Les Laboratoires d'Oenologie et d'Agronomie contribuent par leurs analyses et leurs conseils à la qualité des Vins élaborés dans la Vallée du Rhône.

*La Garenne
Ce parc de 23 hectares est appelé la Garenne, un terme médiéval qui évoque les plaisirs de la chasse……Le parc est composé principalement d'essences méditerranéennes (chênes verts, pins parasols, chênes pubescents, érables de Montpellier, lauriers-tins...), cet espace naturel recèle aussi des vestiges historiques très intéressants : une glacière enterrée de conception antique, un jeu de paume édifié au XVIème siècle à l'occasion d'une visite du roi Charles IX, une chapelle construite au XVIIème siècle, un pigeonnier ancien. L'agrément d'une promenade ombragée se double du plaisir de découvrir ces trésors dont certains sont bien cachés. La population locale, comme les touristes de passage, cèdent volontiers à cet écrin de verdure. L'approche patrimoniale se prolonge naturellement par les sentiers de la Garenne..

BASTA LA CRISE


Sur ma table de nuit ....Basta la Crise
Pierre Jamar est un Ovni belge , débarqué comme correspondant de presse à Vaucluse-Matin, au milieu d’un monde viticole de la Vallée du Rhône qui est saisi par la crise. Lui dit et redit : Basta la crise car il voit dans la volonté de tous ces hommes et toutes ces femmes, qui ne cessent d’améliorer leur produit, plus que des raisons d’espérer. Le vignoble de la vallée du Rhône doit continuer à vivre, à inventer des solutions, à faire jouer la solidarité, l’imagination et la tradition tout en continuant dans la route de la qualité qui est une quête infinie : c’est son message .
Les Editions de l’escoubo - 140 pages - 20 euros – En Vente dans le réseau des librairies FNAC et sur www.fnac.com (-5% et livraison offerte pour la France)- lien direct : http://livre.fnac.com/a2771226

lundi 28 septembre 2009

UN MESSAGE UNANIME






Un Comité très au point...
Des élus motivés.....
Des mamans dépitées.....
Un message à faire passer.....

Qui c'est qui va se décider à lui dire qu'elle commence à nous chauffer la bile...

On nous communique :
"Dimanche 27 septembre Il fallait être à Valréas !!!

J'ai fait avec plaisir plus de 500 km pour atteindre Valréas, jolie ville du nord Vaucluse, et étonnante enclave historique aux riches traditions séculaires.

Je comptais y rencontrer les responsables régionaux et nationaux des partis politiques, des syndicats, des mouvements et associations qui se mobilisent pour défendre le service public de santé et l'accès égalitaire à une santé de qualité pour toutes et tous partout sur le territoire. Je comptais y parler avec les représentants des organes de presse nationaux, de la presse écrite, des radios et des télévisions. Mais à de rares exceptions près (Convergence par exemple) et souvent sous forme de lettres de soutien, ils n'y étaient pas !

Pourtant Valréas est aujourd'hui fortement emblématique, l'ARH de la région PACA, aux ordres de Mme BACHELOT, est en train d'y assassiner une nouvelle maternité, indispensable et dynamique, peut être la millième de ces maternités qui ont disparu de notre territoire. On en comptait près de 1500 il y a une vingtaine d'années, il n'en reste environ que 550 aujourd'hui, dans une France pourtant championne européenne de la natalité. Cherchez l'erreur.

Et pourtant la maternité de Valréas fait ses preuves tous les jours.

Et pourtant des milliers de personnes se sont déplacées ce beau dimanche ensoleillé pour crier leur volonté de la conserver, et pour dénoncer l'absence de scrupule et l'arbitraire des autorités sanitaires, pour exiger que Mme BACHELOT, en sa qualité de ministre, donne l'exemple, et se conforme à la décision du tribunal administratif favorable aux usagers pour maintenir la maternité et prenne immédiatement toutes les dispositions requises, dans le respect des lois de la République.

Et pourtant on retrouvait présents massivement les élus (émouvant moment sur l'estrade où ils se sont regroupés pour chanter la Marseillaise), les personnels, les représentants syndicaux, les viticulteurs et leurs tracteurs, des campeurs solidaires et opiniâtres, les usagers autour d'un dynamique comité local, et des représentants d'un douzaine d'autres comités de la Coordination nationale (Die, Pertuis, Privas, Lure, Ivry, Aubenas, Gap, Manosque, Cavaillon et tant d'autres qui par ma voix apportaient leur total soutien…).

Et pourtant la population était unanimement et dignement représentée. Les témoignages poignants sur de jeunes vies sauvées à la maternité par des personnels pourtant épuisés et méprisés ont marqué l'auditoire. Des questions essentielles pour Valréas et la France entière on été posées : oui à une France solidaire avec des services publics maintenus et améliorés ; non à une France de la désertification et des inégalités accrues par les disparitions de services…

Bref les vrais problèmes du jour étaient illustrés à Valréas : ceux de notre société tout entière, et pas seulement ceux des zones enclavées ou semi-rurales : pensez aux dernières fermetures sur Juvisy ou Ivry, pensez aux menaces sur St Vincent, Léopold Bellan ou St Antoine sur Paris, pensez aux réductions de lits, d'emplois et de services dans tous les établissements de France et notamment les CHU...

Alors où étaient donc les responsables nationaux, sans doute en train de préparer les listes électorales futures, de calmer les égos encombrants de certains de leur leaders, d'imaginer des solutions miracles pour faire l'unité, de régler le problème des tendances… Touche choses importantes certes et qu'il faut évidemment résoudre, mais combien dérisoires face à un pays qu'on déshabille, à des valeurs qu'on bafoue, à des territoires qu'on désertifie, à des patients et des usagers qu'on laisse à l'abandon, loin de toute prévention et de toute réelle prise en charge. Or nous affirmons avec les ami(e)s de Valréas que seul un service public de proximité, bien assumé et soutenu, peut vraiment satisfaire les besoins des personnes, et des territoires, de tous nos territoires.

Le combat du secteur de Valréas est le nôtre. L'appel au tribunal que viennent de lancer de jeunes mamans d'un collectif local doit l'emporter. Comme à Die cette victoire souhaitée doit nous redonner le tonus nécessaire pour contrer les effets délétères de cette loi Bachelot qu'il ne faudra jamais accepter. Si l'opposition veut être crédible elle doit dire haut et fort qu'une fois revenue au pouvoir, son premier acte symbolique concernant la santé sera d'abolir la loi HPST et qu'on partira enfin des besoins réels des populations et des territoires pour édifier la santé solidaire, humaniste et peu coûteuse que nous espérons tant.

Encore merci aux manifestant(e)s de Valréas et d'ailleurs pour leur belle mobilisation citoyenne: cela nous fait chaud au cœur ! Puissent-ils servir d'exemple national."



Michel ANTONY président de la Coordination nationale des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité.





COORDINATION NATIONALE des Comités de Défense des Hôpitaux et Maternités de Proximité

(fondée à SAINT-AFFRIQUE en 2004)


Siège social : 1 rue Jean Moulin 70200-LURE
SIREN : 503 711 988 - SIRET : 503 711 988 00017

Association agréée - Arrêté du 14/08/2008 - N2008AG0003

Site : http://www.coordination-nationale.org

Contact : postmaster@coordination-nationale.org

jeudi 17 septembre 2009

ET UN.....ET DEUX....ET ????

Bonjour,

La nuit dernière (16/17septembre 2009), un couple de valréassiens -ayant réalisé l'impossibilité d'arriver à temps à Montélimar- s'est présenté, à la maternité de Valréas. La maman a pu, grâce à la présence du personnel toujours en activité, et malgré les interdictions de pratiquer des accouchements depuis le 31 août 2009, donner naissance à une petite fille prénommée Shaïnez. Ce matin, la maman et sa fille ont été transférées à la maternité de Montélimar.

Un grand bravo aux professionnels de santé encore en activité à Valréas et un grand merci à la maternité d'exister encore pour quelques jours.

POSONS-NOUS LA QUESTION : POURQUOI UN TEL TRANSFERT ? AVEC 2 AMBULANCES

Le Président du C.S.A.H.V. (Comité de Sauvegarde et d'Amélioration de l'Hôpital de Valréas)
ANDRE LACHARD

mardi 15 septembre 2009

BIO ET LOCAL C'EST L'IDEAL




VENTE A LA FERME . PANIERS MARCHÉS . FOIRES & SALONS MAGASINS DE PRODUCTEURS
Les agriculteurs bio de Rhône-Alpes vous invitent à déguster leurs produits en direct ! TOUTES LES INFOS DE LA CAMPAGNE SUR : www.corabio.org DU 22 AU 27 SEPTEMBRE 2009 DANS LA RÉGION RHÔNE-ALPES-
Pourquoi bio et local ?
Ci-dessous toutes les informations pratiques pour acheter des produits bio, en direct, au plus près de chez vous. Vente à la ferme, marchés, paniers, points de vente collectifs, coopératives, vous disposez de nombreuses possibilités pour trouver des produits bio en privilégiant la proximité et la saisonnalité.
Vous trouverez les informations pratiques de la vente directe bio au quotidien (guides des bonnes adresses, points de vente collectifs, marchés, coopératives, paniers...) que vous pouvez retrouver d’un seul clic en ligne sur www.corabio.org.
Vous trouverez les dates des manifestations et animations qui s’inscrivent dans le cadre de la campagne «Bio et local, c’est l’idéal».
Consommer bio, c’est facile avec des repères simples : Le logo AB (Agriculture Biologique) et le logo européen (voir ci-dessous) garantissent que le produit que vous achetez obéit à un cahier des charges précis*, imposant notamment :des contrôles stricts et systématiques de la production à la transformation et à la distribution des prélèvements et analyses pour vérifier la non utilisation de produits interdits +une certification par un organisme agréé compétent et indépendant. Et bien sûr, les produits bio respectent la réglementation générale sur les produits agricoles et alimentaires.
* la mention de l’organisme certificateur est obligatoire, pas le logo
AGENDA BIO ET LOCAL EN DRÔME
Mardi 22 septembre à Bourg-de-Péage : 9 h à 17 h : COLLOQUE «COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DEVELOPPEMENT DE LA BIO». Colloque professionnel organisé par Corabio à l’attention des élus et agents des collectivités - Espace François Mitterrand - av. Mindelheim - 26100 Bourg de Péage >20h30 : PROJECTION DEBAT «L’AGRICULTURE BIO, C’EST PAS SORCIER» Diffusion d’un reportage dans le cadre de la semaine bio organisée par la ville de Bourg-de-Péage Espace François Mitterrand - av. Mindelheim - 26100 Bourg de Péage > Contact : 04 75 72 74 00
Mercredi 23 septembre à Buis-les-Baronnies - Dégustation des produits de la ferme (légumes, huile d’olive, confiture, tapenade) au marché de Buis - Marché de Buis-les-Baronnies (26170) > Contact : Isabelle Bontempelli 04 75 28 07 03

Vendredi 25 septembre à Nyons 10 h à 18 h : JOURNEE PORTES OUVERTES A «LA BIASSE PAYSANNE» : Le point de vente collectif bio de Nyons vous accueille et vous invite à déguster ses produits - La Biasse Paysanne - ZA les Laurons - 26110 Nyons > Contact : Isabelle Doursin 04 75 28 84 02
Vendredi 25 septembre à Nyons - 12 h : REPAS BIO AU RESTAURANT «LES LAURONS» - Le restaurant les Laurons propose un repas bio (12 €) avec les produits de la Biasse Paysanne Les Laurons - ZA les Laurons - 26110 Nyons > Contact : Isabelle Rudolf 04 75 26 08 07
Du 22 et 26 septembre à Séderon - PORTE OUVERTE A LA FERME DE LA GRANDCHANE - Elevage caprin avec production de fromage, petit épeautre de Haute-Provence, grain, farine. Ferme de la Grandchane - 26560 Séderon > Contact : Gérard Pol 04 75 28 51 15
Points de vente collectifs
● Au Plus Pré - Place de la Libération - 26740 La Laupie / Tél. 04 75 50 18 62 > Ouvert les mardi, vendredi et samedi de 9 h à 19 h
● La Biasse Paysanne- ZA des Laurons - 26110 Nyons - Tél. 04 75 27 81 12 > Ouvert mardi, mercredi et vendredi (de 9 h à 12h30 et de 15 h à 18h30) et les jeudi et samedi matin
● Court Circuit - ZA les Gouvernaux - 26120 Chabeuil > Ouvert les mardi, vendredi et samedi de 9 h à 19 h

Cette campagne est destinée à faire connaître les avantages de la vente directe en plus des qualités des produits issus de l’agriculture biologique et de leurs bienfaits pour l’environnement. Les producteurs bio de Rhône-Alpes vous invitent à découvrir et à déguster leurs produits en privilégiant la proximité et la saisonnalité : Vente à la ferme, marchés, paniers, points de vente collectifs, coopératives de consommateurs... vous disposez de nombreuses possibilités pour choisir des produits bio et locaux. Consommer bio et local, c’est bon pour l’environnement
● Vous préservez la nature et la fertilité des sols en évitant l’utilisation des produits chimi-
ques de synthèse.
● Vous agissez effcacement pour la qualité de l’eau et de l’air.
● Vous contribuez au développement des produits de saison.
● Vous favorisez la biodiversité, c’est à dire l’équilibre d’un grand nombre d’espèce végé-
tales et animales.
● Vous soutenez une économie locale, créatrice de lien social et source de richesse pour le territoire.
● Vous contribuez à la réduction des transports et de la pollution de la planète.
Les producteurs bio de Rhône-Alpes en vente directe sont sur www.corabio.org . Si vous souhaitez soutenir le développement de l’agriculture biologique, vous pouvez faire un don défscalisé à Corabio et contribuer financièrement à ses actions d’intérêt général. (document téléchargeable sur www.corabio.org)- CORABIO - INEED Rovaltain TGV - 1 rue Marc Seguin - BP 11150 Alixan - 26958 Valence cedex 9 - Tél : 04 75 61 19 35 - Fax : 04 75 79 17 68 contact@corabio.org
Campagne réalisée grâce au soutien du ministère de l’Agriculture et de la Région Rhône-Alpes

Autres adresses dans le PAYS
A Grillon –L’Epicerie paysanne (13 Producteurs) – La Station – Route de Valréas- 84600 Grillon – Tel : 04.90.35.64.16- ouvert 7 jours sur 7 le matin (9h/13h) et vendredi après-midi
A Pierrelatte – La Clef des Champs – 15 avenue général de gaulle -26700 Pierrelatte Tel : 09 62 57 04 32 ou 04.75.46.32.45

lundi 14 septembre 2009

UNE VIE SAUVEE: COMBIEN CA COUTE ?



REPONDEZ MADAME BACHELOT, MESSIEURS ET MESDAMES DE L'ARH? DE LA SECURITE SOCIALE,BIEN AU CHAUD , ASSIS DERRIERE VOS BUREAUX ...? NOUS QUI VOUS PAYONS AVEC NOS IMPOTS....
REPONDEZ SI VOUS EN AVEZ LE COURAGE !!!!


La nuit dernière (13/14septembre 2009), un couple de nyonsais -ayant réalisé l'impossibilité d'arriver à temps à Montélimar- s'est présenté, affolé, à la maternité de Valréas. La maman enceinte de 6 mois, a pu, grâce à la présence du personnel toujours en activité, et malgré les interdictions de pratiquer des accouchements depuis le 31 août 2009, donner dans l' urgence naissance à une toute petite fille prénommée Chloé, transférée à Nîmes dans la nuit. La maman vient de l'y rejoindre aujourd'hui.

Un grand bravo aux professionnels de santé encore en activité à Valréas et un grand merci à la maternité d'exister encore pour quelques jours.

POSONS-NOUS LA QUESTION, SANS LA MATERNITÉ DE VALRÉAS, CHLOÉ SERAIT-ELLE AVEC NOUS ?
André LACHARD
Président du CSHAV

Quelques précisions...(J.Pertek)

- Pour préparer le recours des futurs mamans contre la fermeture de la maternité, une réunion de travail se tient mardi 15 septembre à 18h00 à la Mairie de Valréas.

- c'est l'ordonnance de TA en référé du 26 août qui a permis de sauver ce bébé (et peut-être la mère) : elle a permis que l'équipe de la maternité ne soit pas dispersée le 31 août, comme cela était programmé.

jeudi 3 septembre 2009

PHOTOJOURNALISME A SAINT-RESTITUT



PARENTHESE 2009 : exposition du 8 septembre 2009 au 3 janvier 2010
Avec des photos de : Matthias BRUGMANN, Galerie Polaris-Jérôme DELAY, Associated Press - Bénédicte KURZEN, VII mentor - Noël QUIDU, Agence Gamma - Anthony SUAU.

Parenthèse 2009, proposition du Centre d’art contemporain de Saint Restitut en résonance avec la biennale de Lyon est à la fois une parenthèse dans la programmation puisque sur 31 expositions celle-ci sera non seulement la troisième exposition de Photos présentée à la Maison de la Cure de Saint-Restitut mais aussi une parenthèse dans la vie quotidienne d’enfants, de femmes et d’hommes qui survivent au milieu des guerres, des crises et des difficultés de la vie quotidienne. Pour essayer de répondre à la thématique 2009 du « spectacle du quotidien » nous avons invité 5 photojournalistes, trois dont les photos ont fait le tour du monde Jérôme Delay, Noël Quidu et Tony Suau et deux plus jeunes, Matthias Bruggmann et Bénédicte Kurzen. Leurs photos du Congo, des Subprimes aux USA, d’Afrique du Sud et de tous les conflits des Balkans au Moyen Orient en passant par la Tchétchénie témoignent de leur point de vue sur de nombreux conflits controversés de l’histoire contemporaine. Henri Cartier-Bresson disait de la photographie qu’elle est une réponse immédiate à une interrogation perpétuelle. Jean-François Leroy, responsable de Visa pour l’image, « grand messe » du reportage photo à Perpignan déclare que le photojournalisme est le dernier rempart contre la barbarie. Tous ces reportages mettent entre parenthèse un instant de la vie de chacun pour mieux les mettre en spectacle dans la presse quotidienne ou hebdomadaire. Le photojournalisme est un acte de communication. Ils font des photos pour communiquer témoigner et appeler à la réflexion les lecteurs, en fait pour communiquer une idée ou pour la faire naître. S’ils communiquent bien par l’image, leur idée sera transmise, la réception de la photo dépendant non seulement du spectateur mais aussi du contexte de ce que l’on appelle la « monstration » dans le jargon de l’art contemporain. Le photojournalisme peut-il avoir un discours sur l’art ou peut-il entrer dans le champ de l’art ? Les reporters photographes Henri Cartier-Bresson, Raymond Depardon, Marc Riboud nous conduisent à penser que la question peut paraître dérisoire au vu des clichés qui seront présentés à Saint-Restitut. Comme l’écrit Suzan Sontag à propos de photos de guerre, il est question des principes fondamentaux de voir et d’enregistrer avec les responsabilités que ces deux actes supposent.
Photo : ©jérôme Delay - associated press -Orphelins - Congo 2009

mercredi 2 septembre 2009

ATELIERS DE DEGUSTATION



LE GOÛT DU PAYS

L'Université du vin de Suze la Rousse organise des ateliers de dégustation des produits du terroir, atelirs ouverts au grand public .Sur une demi-journée.renseignements dans tous les Offices de Tourisme ou Université du Vin : 04.75.97.21.30

VALREAS , le 08 SEPTEMBRE
VAISON LA ROMAINE , le 14 SEPTEMBRE
NYONS, le 15 SEPTEMBRE
ST-PAUL TROIS CHATEAUX, le 17 SEPTEMBRE
BUIS LES BARONNIES, le 18 SEPTEMBRE
GRIGNAN , le 22 SEPTEMBRE

Vous y découvrirez les repères méthodiques de dégustation et les critères définnissant les produits du Pays

Cette action est la première du PAYS sur les fonds européens du Programme Leader quia été présenté ce mardi 2 septembre à l'université du vin par le Président du pays ,Jean-François SIAUD et le président du GAL chargé du Programme Leader pour le Pays Une Autre Provence , Marc Bonnard.
Prix des ateliers - 20 euros par personne - 30 euros en couple

wwww.universite-du-vin.com

Photos : présentation du Programme Leader et produits du Pays

dimanche 30 août 2009

MATERNITE DE VALREAS URGENCE D'AGIR







Après la manifestation de samedi 29 aout qui a rassemblé des centaines d'élus de la Drôme et du Vaucluse, du personnel hospitalier et des habitants venus parfois de loin il est urgent d'agir pour ne pas laisser se perpétrer l'irréparable...
Tous les moyens seront bons... Tous ???
OUI TOUS !!!
Ci-dessous les réactions au fur et à mesure qu'elles arrivent..........
AGIR pour le droit et la justice

La décision du Tribunal administratif de Nîmes est claire : la fermeture pure et simple de la maternité de Valréas au 31 août est illégale. Cette ordonnance s’impose à l’administration et à la Ministre de la santé.
Agir pour l’Enclave des Papes appelle la population à soutenir le personnel et les mamans en venant lundi matin à 10 h, et chaque soir, devant la maternité, jusqu’à l’adoption d’une solution favorable.

AGIR pour sauver les bébés : MANIF A AVIGNON

L’association Agir pour l’Enclave des Papes appelle la population à participer en nombre à la manifestation devant la préfecture d’Avignon mercredi 9.09 après-midi. Départ fixé à 14.00 du stade Adrien à Valréas pour une arrivée à Avignon vers 16.00, en voiture ou en bus.
Pour tout contact : jacques.pertek@orange.fr ou 0490356042.

lundi 24 août 2009

LES BEAUX BOUCHONS DE SAINT-PANTALEON


Aucun bouchonnier n’aurait imaginé des bouchons de cette taille, les vignerons du syndicat de Saint-Pantaléon les vignes si. Car, on le sait, ils aiment communiquer visuellement en frappant des grands coups. Ce fut le cas il y a quelques années avec la plus grande pyramide en tonneaux du monde (enregistrée au Guinness Book), puis avec la sculpture monumentale représentant une grappe de tonneaux et une feuille de vigne. C’est d’ailleurs celle-ci qui est la conséquence de l’apparition des bouchons. En effet les vignerons réservaient cette sculpture pour honorer le nouveau rond-point si longtemps désiré. Las ! Les services de la DDE le refusèrent pour une histoire de visibilité des automobilistes ! Qu’a cela ne tienne, on remplacera les tonneaux et la feuille de vigne par des bouchons , il ne sera pas dit que les touristes ignoreront être passé à Saint-Pantaléon les vignes. Et depuis cet été dans tous les marchés de la région on ne parle que des bouchons de Saint-Pantaléon et les ignorants croient que Bison Futé a mis en place une déviation qui passe par ce village. Espérons que la présence de ces bouchons n’engendrera pas de bouchons créés par les automobilistes les admirant ! Bravo pour l’imagination des vignerons.
Photo : Grappe et feuille annoncent les bouchons de saint-Pantaléon…

ERRATUM : Le Président du Pays Jean-François SIAUD nous informe : " Concernant les bouchons de St Pantaléon cette idée n'est pas celle des vignerons mais du paysagiste que le département a retenu pour faire l'aménagement de ce rond-point.
C'est à ma demande que ce bureau d'étude a planché sur un projet en lien avec la viticulture.
Pour ton info ce n'est plus la DDE qui s'occupe des routes départementales mais bien des employés du Conseil général.

Cordialement

DONT ACTE

mercredi 19 août 2009

PARFUM DE JAZZ A BUIS


Le festival de Jazz de Buis les Baronnies, se poursuit en plein air, sous les étoiles, au théâtre de verdure de la salle des Fêtes de La Palun avec quatre concerts exceptionnels du 19 au 22 août. Le Mercredi 19 août à 21h: concert "I remember Ella Fitzgerald" en hommage à la grande chanteuse noire américaine donné par les quintets de Frédérique Brun et de Jean Michel Proust avec la chanteuse Frédérique Brun. Le jeudi 20 août à 21h, soirée "Sidney Bechet for ever" pour le 50ème anniversaire de la mort du fabuleux clarinettiste par le sextet de J.J. Taïb. Vendredi 21 août à 21h, soirée "Nat King Cole Story" par le Marc Thomas Sextet. Le festival 2009 se clôturera à Buis samedi 22 août à 21h avec un concert de Blues par le "Cotton Blues Quintet". Et tous les jours bien sûr, aux terrasses des cafés et sur les places du village, des "Apéros Swing" seront donnés par les musiciens du "Parfum de Jazz" et les stagiaires du "Baris Jazz Big Band" de 11h30 à 12h45 et de 18h à 19h30 ainsi que des "Siestes musicales" agrémentées de tisanes à la Maison Familiale La Fontaine d'Hannibal de 14h à 16h. Pour en savoir plus: Renseignements et réservations : Office de Tourisme de Buis 04 75 28 04 59 - Office de Tourisme de Nyons 04 75 26 10 35 - Site Internet du Festival: www.parfumdejazz.com
Les organisateurs de "Parfum de Jazz" ouvre une liste de diffusion afin de pouvoir transmettre par Internet les informations et programmations de son festival à ceux qui en sont intéressés. Inscription libre et gratuite par simple envoi de son adresse Internet à: bosmans@buis-les-baronnies.com

INFORMATION COMMUNIQUEE PAR LE TAM TAM DES BARONNIES:http://tamtamdesbaronnies.com/

mardi 21 juillet 2009

DU VENTOUX AU VERCORS.......Pour le bonheur de Gabriel


Le départ approche.
Après une première partie de 200 km autour du Mont Ventoux (Vaucluse) et avoir récolté 1300 euros, le périple d'un couple de Drômois pour un jeune garçon atteint d'une liaison cérébrale continue !! Joëlle et Stéphane repartiront le 1er août prochain avec leurs deux ânes Marius et Bandit pour une traversée du Vercors de 450 km en 23 jours.

Objectif : récolter des dons pour l'association Gabriel (www.asso-gabriel.com). Association créée par la famille.

Du Ventoux au Vercors...
650 km - 35 jours de marche - Pour le bonheur de Gabriel
Marius et Bandit sont deux ânes qui ont entamé en mai dernier, un périple de 650 km en 35 jours entre le Vaucluse et la Drôme. Une randonnée au profit de l'association Gabriel (http://www.asso-gabriel.com), une association drômoise créée par la famille d'un petit garçon qui souffre d’un grave retard psychomoteur et présente des séquelles fonctionnelles handicapantes. L'objectif de cette marche est de récolter des dons qui seront redistribués au travers d’activités ou d’achats de matériel contribuant ainsi au développement psychomoteur de Gabriel.
Faire un don : Les personnes qui le souhaiteront pourront faire un don après avoir téléchargé une fiche sur notre blog ou sur le site de l'Association Gabriel. Elles pourront également les adresser directement au siège de l'association : Association Gabriel - Chez Mr et Mme MARIN - Quartier LES ESCASSES - 26110 - Ils ont besoin de vous pour faire connaître leur action et la mener à bien.
A noter également qu'un carnet de voyage est en ligne : www.heureuxquicommemarius.com ou directement www.vercors09.blogspot.com