jeudi 28 janvier 2010

LES VINS DE L'ENCLAVE DES PAPES





GRILLON, RICHERENCHES, VALREAS, VISAN

Au cœur du pays « Une Autre Provence » il existe une entité où la viticulture est une passion, le vin une religion : L’Enclave des Papes . Grillon, Richerenches, Valréas, et Visan, sont les 4 communes qui produisent deux Côtes du Rhône Villages Communaux (Valréas et Visan), des Côtes du Rhône et des vins de table…..
Marc Olivier

Histoire
L’histoire de l’Enclave des Papes est intimement liée à la papauté d’Avignon et à son Vin. Rappelons-en la légende : « lorsqu’en 1317 le Pape Jean XXII , très malade, après son élection à Lyon rejoignait Avignon, il goûta, lors d’une étape, le vin de Valréas (du piquepoul). Il s’en trouva fort ragaillardi…et même très vite guéri ». Aussi, pour en disposer à sa convenance, il acheta la cité au Dauphin du Viennois ». A Visan, sous l’impulsion des Seigneurs puis des Templiers, la viticulture prend son essor. Le vin de Visan était déjà célèbre au XIIème siècle en atteste la présence de la Chapelle « NOTRE DAME DES VIGNES ». En 1475, les vignerons de Visan, avaient fondé une confrérie vineuse dédiée à Saint Vincent, patron des vignerons. C'est une des premières confréries de la région et de France et elle avait la particularité d'être mixte. Elle a été réactivée en août 1978. Cette enclave permettait surtout au Pape de posséder une place-forte au sein des Etats du Dauphiné mais aussi à assurer, comme avec les autres enclaves, le ravitaillement et la richesse. Ses vignerons allaient continuer par delà les siècles et les régimes à produire des vins de qualité dans les trois couleurs. Depuis 1974 le Cellier de l’Enclave des papes (entre Valréas et Visan) commercialise les vins de ses adhérents au rang desquels on compte notamment la Cave La Gaillarde de Valréas, le Cellier des Templiers de Richerenches et de nombreux domaines de l’Enclave (http://www.enclavedespapes.com/ ). Il appartient maintenant au Cellier des Dauphins (siège à Tulette). L’été l’œnotourisme et la culture y font bon ménage, comme le sentier des 4 domaines depuis 4 ans, animations autour de l’artisanat, les arts et le vin.

GRILLON ET RICHERENCHES
Ces deux communes n’ont pas leur nom associé à leur vin. Cela ne les empêche pas de produire d’excellents vins fruités et légers (Côtes du Rhône et Côtes du Rhône Villages), ils sont notamment vinifiés par le Cellier des Templiers à Richerenches. Une cave particulière à Grillon (F. Mura) et deux caves particulières à Richerenches (Domaine Saint-Alban et Domaine de la Giberte) complètent les producteurs de vins des deux communes. La surface en vignes est de 290 hectares sur Grillon et 310 sur Richerenches en Côtes du Rhône et 20ha en vin de table.
Le Cellier des Templiers.
Cette cave coopérative présidée par André Lambert est la dernière cave construite dans les Côtes du Rhône. Elle vient de rentrer sa 40ème récolte. Ce ne sera pas la plus volumineuse puisque produisant en moyenne 45.000 hectolitres de vin, elle sera cette année, à cause de la grêle et du mildiou à 10.000 hectolitres de moins. Mais avec une nouvelle équipe motivée autour de Clémence Monteillard son maître de chais et Julien Parache son technicien vignoble et qualité elle a produit cette année 22.300 hectolitres de Côtes du Rhône ,7.400 hl de Coteaux du Tricastin et 1200 hl de Côtes du Rhône Villages. La qualité des vins 2007, notamment les rouges en fait des vins très fruités, très tendance, qui vont plaire. Adhérente du Cellier de l’Enclave, elle commercialise une grande partie de ses vins par celui-ci ainsi que 10% au Caveau toujours très accueillant. Nous y avons dégusté la cuvée « La Commanderie », un Côtes du Rhône Villages rouge 2005, au nez de cassis très bien structuré et long en bouche qui vaut le déplacement (Prix caveau : 4.85€) . Site : http://www.lecellierdestempliers.com/

VALREAS
Le vignoble s´étend sur la commune de Valréas sur des coteaux en terrasses d´argile rouge, plus ou moins caillouteux. Le climat est comme pour les autres communes de type méditerranéen modifié par le vent (Mistral). Le vin de Valréas a été classé Côtes du Rhône Villages en 1966 pour ses vins rouges, blancs et rosés. Ils sont cultivés sur 2.060 hectares et la production annuelle est de 98.335 hectolitres en 2006, à plus de 90% de rouges (dont 16 760 hectolitres de Côtes du Rhône Villages « VALREAS » rouge). Issus d'un terroir unique (latitude, altitude, sols, exposition et climat), les vins de Valréas allient harmonieusement la puissance à la distinction et le corps à l'élégance. Ils sont produits par des vignerons (une cave coopérative La Gaillarde et 19 domaines), tous très fiers de leur histoire, de leur patrie et de leurs savoirs. Déjà au 18° siècle le cardinal Maury, académicien de Valréas disait : « Pour voir la vie en rose, il faut la mirer dans un verre de Valréas.. » Tout un programme.

Cave La Gaillarde :
La cave « La Gaillarde » a été fondée en 1928 et c’est une alerte octogénaire qui est forte de ses 400 vignerons qui apportent du raisin de l’Enclave mais aussi de la Drôme (25%). Elle produit notamment le fameux Côtes du Rhône Villages « Valréas » (11.000 hectolitres en 2007). Les vins sont déclinés en cuvées variées, vendus dans un caveau accueillant et très fréquenté. Ce sont notamment : Cuvée en Côtes du Rhône - Estimeurs (Rouge), Fleur d'Amandier (Blanc), Pied Vaurias (Rosé), Mistral Coquin (Rosé), en vin de Pays - Gaillardises Chardonnay, Gaillardises Merlot - des vins légers, frais, fruités et conviviaux. Hautes Terres de Polidon (Rouge), Les Tours (Rouge), Saint-Jean (Rouge) : trois Côtes du Rhône de terroir qui vous permettront de surprendre et de ravir vos invités.
Domaine de la Belaise (Rouge), Bornes Papales (Rouge), Valréas Village (Rouge) : trois « Valréas » Côtes du Rhône Villages issus de grands terroirs naturels.
http://www.cavelagaillarde.com/fr/accueil
Photo : la cave » La Gaillarde » à Valréas

Dégustation et consommation des Vins de Valréas
A l´œil : les rouges présentent une belle teinte parfois frangée de violet. Les rosés, sont de teinte soutenue. Les blancs, ont des reflets légèrement verts.
Au nez : les rouges ont un bouquet de fruits rouges, framboises, groseilles, cassis. Rosés et blancs, fruité et vanillé.
En bouche : les rouges sont de puissance moyenne et équilibrée, bien ronds. Saveur de fruits rouges assez persistante. Les rosés sont très fruités et acidulés.
Les blancs sont secs, vifs et aromatiques.


VISAN
Le Vignoble est situé en entier sur la commune de Visan, sur des sols argilo-calcaires rouges caillouteux. Visan est l'un des porte-drapeaux des Côtes du Rhône Villages communaux. Depuis 40 ans Visan a droit à l’appellation communale En 1966, Visan fut classé en Côtes du Rhône Villages pour ses vins rouges, blancs et rosés. Sur une superficie du vignoble de 2.200 hectares , 8 caves particulières, 1 cave coopérative « Les Coteaux » produisent annuellement 14 510 hectolitres de Côtes du Rhône Villages VISAN (2005). Le vignoble fait la part belle aux rouges (85 % rouge, 10 % rosé, 5 % blanc).
Photo : Vignes entre Visan et Valréas, avec vue sur le Ventoux
Cave Les Coteaux : 70 ans de qualité !
La cave (fondée par Ferdinand Delaye en 1897, devenue coopérative en 1937) a apporté au vin de Visan, notoriété et reconnaissance dans tous les milieux grâce à une démarche qualité constante et rigoureuse (sélection parcellaire, investissements importants) qui s’est perpétué sous tous les présidents et directeurs successifs. BP 22 - 84820 Visan Tél. : 04 90 28 50 80 - Fax : 04 90 28 50 81- site : www.coteaux-de-visan.fr Email : cave@coteaux-de-visan.fr

Les Caves Particulières
Elles sont au nombre de huit, certaines depuis quelques années seulement ( Domaine de Lucéna). Différents, mais complémentaires, ces vignerons mettent en scène leur terroir, leur histoire et leur savoir-faire avec talent. Leurs vins ont comme dénominateur commun la finesse et l’élégance, typique de ce terroir. Mais au-delà, chacun d’eux imprime à ses vins sa touche personnelle qui confère à ce vignoble une richesse inouïe. Ici et là, on découvre une gamme de vin aux accents subtils et variés où l’élégance se combine tantôt à la puissance, tantôt à la douceur ou encore à la fraîcheur et au fruit. Un régal pour les papilles, une invitation à la découverte : Domaine de Coste Chaude, Domaine de Lucena, Domaine La Florane, Domaine La Fourmente, Domaine des Grands Devers, Domaine La Guintrandy, Clos du Père Clément, Domaine Roche-Audran
Dégustation et consommation
Derrière leur robe rubis, les vins de Visan dévoilent un joli tempérament rythmé par la finesse, l’élégance et le fruit. Au nez, ils évoquent la palette des fruits rouges : myrtille, mûre, cerise et s’enrichissent de notes minérales et de cuir, dénominateurs communs aux vins de l’appellation. Avec le temps, ils gagnent en générosité et prennent des accents de réglisse, d’épices, de poivre et de truffe. Les rosés, aux couleurs éclatantes, sentent la fraise, la framboise et la cerise. Frais, élégants et joyeux au palais, ils se distinguent par leur nature doucement poivrée. Les blancs vifs et frais séduisent avec leurs arômes d’agrume, de pêche et d’abricot.
A table !
Les vins de l’Enclave mettent naturellement en valeur la cuisine ensoleillée faite avec les meilleurs produits du terroir de la Provence. Des condiments, herbes et légumes : huile d’olive, thym, romarin, laurier, ail, tomates, courgettes, aubergines …sans oublier les mets à base de truffe. Richerenches est le cœur des meilleures terres de la truffe du Tricastin !… Les rouges et les rosés accompagneront les plats à base de légumes farcis, de ratatouille, et autres aubergines. Les rouges s’harmonisent avec le gibier et les viandes, sans oublier le fromage : canards aux olives, daube de bœuf, épaule ou gigot d’agneau, lièvres et grives, picodon… Les rosés avec la charcuterie et les viandes blanches ou en grillade. Les blancs de l’apéritif aux rougets à la tapenade ou aux poissons grillés….
Photo : L’agneau de l’Enclave est l’accord parfait avec les vins rouges de l’Enclave

lundi 18 janvier 2010

QUI ETAIT FERDINAND REVOUL ?





Pour certains un coiffeur, un commerçant,un génial inventeur,un valréassien de souche, pour moi l'arrière grand-père de ma mère, pour nous tous celui qui a amené la prospérité pendant plus de 100 ans à Valréas avec le cartonnage.Venez en apprendre un peu plus sur sa vie , son oeuvre....M.Olivier

L’association « Audaces » et le Musée du Cartonnage et de l’Imprimerie vous proposent le vendredi 22 janvier 2010 une causerie autour de la vie de Ferdinand Revoul, personnage qui a marqué l’histoire industrielle de notre ville. Au milieu du 19ème siècle, sous l'impulsion d'industriels spécialisés dans le commerce de la soie, un artisan de Valréas, Ferdinand Revoul, décide de mettre au point une boîte en carton destinée au transport des œufs de bombyx (vers à soie).
Fort de son succès, il monte sa propre entreprise de production industrielle de boîtes qui connaîtra un essor grandissant dans la région, non seulement auprès des producteurs de soie mais des pharmaciens, bijoutiers …
Quelques années plus tard, Valréas devenait la capitale mondiale de l'industrie du Cartonnage.
C’est Magali Baussan, conservatrice du musée, qui animera cette causerie historique, qui s’inscrit dans la série des veillées « Les petites histoires de l’Enclave » initiée par « Audaces ». La première de ces soirées a eu lieu avec succès le mois dernier à Richerenches, animée par Lulu Arnavon. D’autres suivront, à Grillon et Visan.Comme l’échange se veut participatif, mais aussi convivial, il sera suivi d’une galette des rois et du verre de l’amitié.
Vendredi 22 janvier à 20h30 –Musée du Cartonnage –
Légende Photo : Ferdinand Revoul – Boites crées par F.Revoul puis exposés au musée de Valréas - Magali Baussan

ELOGE DE LA TRUFFE - Atelier d'écriture



Atelier d’écriture balade et dégustation
Dimanche 7 février 2010. La Garde Adhémar Drôme provençale
L’auteur de « Parfums de truffes », paru chez Flammarion en 2001, vous propose un Eloge de la truffe à sa façon, gourmande et littéraire : partager une journée de découverte à l’écoute des textes poétiques ou savoureux de Colette et de Pierre Magnan, partir en balade pour aller « caver » le diamant noir dans le site exceptionnel du Val des Nymphes, puis déguster, en toute simplicité. La journée se déroule à La Garde Adhémar : unité de lieu qui nous permettra de profiter de ce programme sans perdre de temps. L’après-midi sera consacrée à l’écriture : comment utiliser nos cinq sens pour écrire notre rapport à la nature? Où aller chercher, où trouver les mots de la gourmandise, loin du vocabulaire « ampoulé » des guides et autres critiques gastronomiques ? De « l’impératrice souterraine » de Sade, à la « gemme des pauvres » de Colette, sans oublier le « diamant noir » de Brillat-Savarin et la « racine d’orrible vision » d’un poète champenois du quatorzième siècle, la truffe a décidément fort à faire avec les mots… Aucune compétence particulière, ni en écriture, ni en dégustation, n’est requise pour participer à cette journée animée par Anne Simonet-Avril, formée par Aleph. Seule une paire de bonnes chaussures pour entrer dans les truffières, un carnet et un crayon sont indispensables. Inscription obligatoire Dimanche 7 février, de 9h30 à 18 h
Arrhes : 25 €. Ecriture, balade, repas Regarde-venir, Adhérents : 65 € ass. loi 1901 rue du marquis de la Baume propose et anime des ateliers d’écriture
26700 La Garde Adhémar en Drôme provençale et ailleurs... 04 75 04 44 50
www.ateliers-regarde-venir.blogspot.com

dimanche 3 janvier 2010

BONNE ANNEE 2010





Faudra voir à ce qu'elle ne soit pas pire que 2009 .....

et ça c'est l'affaire de tous !

Marc OLIVIER